Cabinet de groupe :
5 conseils pour une installation réussie

cabinet-groupe-santé-suisse

Temps de lecture 0 min

Vous êtes médecin, professionnel de santé suisse et envisagez de vous installer en cabinet de groupe ? Voici 5 conseils pour faciliter votre installation.

Aujourd’hui, s’installer en cabinet de groupe est une option fréquemment choisie par les jeunes médecins et professionnels de santé suisses car cela présente divers avantages :

  • Le partage des frais : les frais d’emploi de l’(ou des) assistante(s) médicale(s) peuvent être mutualisés, ainsi que certains achats d’appareils médicaux ou les frais généraux du cabinet.
  • Un service plus large : le fait d’être installé avec d’autres praticiens peut faciliter la prise en charge du patient pour certaines pathologies. C’est notamment le cas pour celles qui nécessitent l’intervention de plusieurs spécialités médicales.

Par exemple, un psychiatre installé avec un addictologue et un médecin nutritionniste peut proposer une prise en charge à 360° de certains patients.

  • Un équilibre vie privée – vie professionnelle potentiellement facilité : dans un cabinet de groupe de praticiens d’une même spécialité, il est plus aisé de mettre en place une continuité de consultation pour le patient en cas d’urgence.
  • Plus de soutien entre confrères : certains médecins en cabinet individuel éprouvent parfois un sentiment de solitude dans l’exercice de leur métier. Le fait de travailler en cabinet de groupe peut faciliter le soutien entre pairs.

Avant toute installation de cabinet médical, il est important de bien se préparer.

Pour une installation en cabinet de groupe réussie et afin d’éviter les déconvenues, il est essentiel de bien cadrer les choses dès le démarrage

Vous êtes médecin en Suisse et envisagez de vous installer en cabinet de groupe ? Voici 5 conseils pour vous aider dans cette étape importante.

 

Conseil N°1 : Bien choisir les personnes avec qui vous vous associez

 

Cela peut paraître évident mais il est fréquent de rencontrer des cabinets de groupe où règnent d’importantes tensions à cause de l’aspect humain.

Ainsi, il arrive que de proches amis pendant les études de médecine découvrent par la suite en s’associant qu’ils n’envisagent pas la vie professionnelle de la même manière. Dans cette situation, les choses peuvent se corser…

Pour éviter toute « erreur de casting » dans votre choix d’associé, privilégiez, si possible, des personnes avec qui vous avez déjà travaillé et sinon, prenez le temps de faire connaissance avec vos futurs associés.

association-medecins-suisse

 

Conseil N°2 : Privilégier des médecins de votre propre spécialité

 

Les cabinets de groupe qui fonctionnent le plus harmonieusement sont souvent ceux qui regroupent des médecins d’une même spécialité. Pourquoi ?

Parce que des spécialités différentes peuvent signifier des niveaux de chiffre d’affaires et donc des rémunérations très différentes.

Ainsi, un médecin généraliste ne réalise pas le même chiffre d’affaires qu’un ophtalmologiste ou qu’un cardiologue.

Ces disparités de chiffre d’affaires peuvent facilement être à l’origine de tensions entre médecins. Selon la spécialité médicale exercée, les besoins d’équipement en appareils, matériel médical ou secrétariat peuvent varier sensiblement.

 

Conseil N°3 : Bâtir une association équitable dès le démarrage

 

Réunir des spécialités médicales différentes au sein d’un cabinet de groupe entraîne l’achat de matériel médical différent et donne lieu à des frais différents, etc.…

Pour que l’association entre médecins soit durable, il est essentiel de repérer ces différences et de mettre en place un système de participation aux frais le plus « juste » et équitable possible.

Dans cette logique, pour les situations où des médecins d’une même spécialité s’installeraient avec un praticien d’une autre spécialité, un système « mixte » tenant compte des différences peut être souhaitable.

Par exemple, il peut être opportun de louer les locaux au praticien de spécialité différente sans l’associer. Celui-ci reste indépendant, gère son propre matériel, partage les frais communs de type secrétariat médical et cela peut éviter de nombreux problème dans l’équipe.

 

Conseil N°4 : Tester avant de vous engager

 

conseil-installation-professionnel-santéSi vous ne connaissez pas les personnes avec qui vous envisagez l’association, prévoyez une phase de « test ».  Ceci peut prendre la forme d’un contrat de partage d’infrastructure dans un premier temps.

Vous restez indépendant dans cette première période, vous louez les locaux et participez aux frais du cabinet.

Si tout se passe bien, vous pourrez ainsi vous associer plus sereinement au sein du cabinet de groupe dans un second temps.

 

Conseil N°5 : En parler avec un spécialiste avant de vous lancer

 

Comme dans de nombreux contextes, il est important pour un médecin qui s’installe de bien choisir ses interlocuteurs. Les spécificités du métier sont nombreuses et mieux vaut faire appel à des prestataires qui connaissent précisément les contraintes de votre activité.

Cela vaut pour la gestion et la comptabilité du cabinet, mais également pour tous les services à mettre en place. Par exemple en ce qui concerne le secrétariat médical, MEDES est le partenaire privilégié de nombreux cabinets de groupe suisses.

 

Découvrir les services de Télésecrétariat MEDES

 

S’installer en cabinet de groupe en tant que médecin, professionnel de santé en Suisse demande ainsi du temps et de l’organisation. Bons préparatifs !

Lire d’autres articles

 

Article rédigé avec les apports de Bastien AEBY, agent fiduciaire avec brevet fédéral au sein de 2 b PARTNERS SA à Genève et spécialiste de l’accompagnement des médecins et professionnels de santé suisses.

Testez 28 ans d’expérience
sans engagement

sous 24h par email avec 100 appels gratuits